24 mai, par Anne Lamer

eÉducation

Aménager un espace d’apprentissage pour mettre en place une pédagogie de la coopération

Avec le numérique

LYCEE BLAISE PASCAL - ORSAY

e-éducation Région - Académie


Selon une définition donnée par Sylvain Connac [1],

La coopération s’opère à travers des situations d’échanges où des individus ont la possibilité de s’entraider par et dans la rencontre éducative. Elle regroupe les situations d’aide, d’entraide et de tutorat
Les enjeux de la coopération : aide, entraide et tutorat , 25 novembre 2008

Un tel dispositif suppose que les élèves puissent circuler dans la classe afin de favoriser les interactions.
L’organisation la plus courante est celle en rangées, ce qui ne facilite pas les échanges entre élèves et ne permet pas le travail de groupe.
Si la configuration en U permet à l’enseignant de circuler plus facilement et aux élèves de dialoguer davantage, elle fige aussi les déplacements : l’élève travaille le plus souvent en binôme avec son voisin.

Dès lors, quelle stratégie d’aménagement mettre en place pour soutenir une pédagogie de la coopération ?

Proposer des espaces dédiés à la coopération

  • En classe, l’aide est souvent mise en place de manière informelle, sans aménagement particulier. L’élève qui a terminé son travail et qui le souhaite peut aller aider un camarade, en s’agenouillant ou en restant debout à côté de lui.
  • Certains enseignants ont prévu un espace remédiation qui permet de mettre en place de la différenciation. Cet espace accueille l’enseignant qui accompagne des élèves, mais aussi un élève expert qui en aide un autre.
    Ecole Les Petits Prés - Élancourt (78)
    École La Commanderie des Templiers - Élancourt (78)

  • Les enseignants qui mettent en place une pédagogie de la coopération privilégient souvent les ilots. Constitués d’élèves de niveau hétérogène, ils favorisent les situations d’entraide immédiate et personnalisée. Ils sont la plupart du temps couplés à des tableaux blancs mis à la disposition des élèves sur les murs de la classe pendant les phases de recherche ou d’explications par exemple. Le changement de posture associé à cet outil et la nouvelle perspective donnée au contenu de l’activité permet souvent de remobiliser les élèves et à l’enseignant d’avoir un aperçu très rapide des réflexions en cours.
    Lycée Blaise Pascal - Orsay (91)
    Lycée Blaise Pascal - Orsay (91)


    Cette pratique s’inspire de la méthode mutuelle, qui a pour objectif d’impliquer les élèves dans leurs apprentissages, en permettant à l’élève tuteur de transmettre ses savoirs et à l’élève tutoré de s’appuyer sur un de ses pairs pour surmonter une difficulté.

  • Parfois, c’est une simple cloison qui permet de créer rapidement une zone réservée à l’entraide lorsqu’elle est nécessaire. C’est le cas au Lycée Louis Jouvet à Taverny, par exemple, dans le cadre de la Seconde @venir. Il s’agit d’un dispositif en cours d’expérimentation, mais quelques éléments ont déjà été formalisés : l’entraide a été votée par les élèves en conseil coopératif. Elle a lieu pendant les heures de mémorisation (3 heures par semaine), au cours desquelles des binômes se forment. Les élèves qui souhaitent une aide lèvent la main, une liste de tuteurs sur la base du volontariat est établie, puis les élèves s’isolent grâce aux cloisons phoniques.
    Lycée Louis Jouvet - Taverny (95)

Opter pour un espace classe modulable

  • D’autres enseignants ont misé sur du mobilier modulable. C’est le cas par exemple au lycée Louis Armand, à Eaubonne. La filière Cl@ssinnov dispose de deux (bientôt trois) salles dédiées, conçues avec les élèves. Entièrement mobile, le mobilier s’adapte à différentes modalités de travail au cours de la journée.

Pour en savoir plus : le dispositif Cl@ssinnov.

Lycée Louis Armand - Eaubonne (95)

Individualiser le travail

  • La mise en place d’une pédagogie de la coopération va souvent de pair avec une individualisation du travail. À ce titre, il convient de réfléchir à une organisation du temps et de l’espace qui accompagne cette démarche. Le plan de travail est un outil précieux lorsque l’enseignant décide de travailler autrement. Il rend les élèves autonomes et responsables de leurs apprentissages, en leur permettant notamment d’avoir une vue d’ensemble sur les tâches à effectuer. Il les inscrit également dans un processus d’auto-régulation.
    Plan de travail 1er degré - École Le Berceau - Élancourt (78)
    Plan de travail Terminale (AP) - Lycée Louis Armand - Eaubonne (95)

  • L’affichage participe également de l’aménagement. Les règles de vie dans le cadre du tutorat doivent être visibles et connues de tous. Quelques citations choisies avec les élèves peuvent venir illustrer la démarche et inspirer les élèves. Des indications sur le niveau sonore des échanges peuvent être utiles afin de garantir le bien-être de tous.
  • Les ressources doivent être facilement accessibles aux élèves, soit dématérialisées (QR codes, documents stockés sur la tablette), soit au format papier (fiches plastifiées par exemple). Enfin, des outils tels que le passeport de demande d’aide ou le tétra’aide (lien sur l’outil) permettent de signaler un besoin, dans le cadre d’un travail en autonomie par exemple.
    Tétra’aides

Investir les espaces hors de la classe

La pédagogie de la coopération peut s’organiser partout dans un établissement. Le Collège Lab Maurice Genevoix à Montrouge (Hauts-de-Seine) a aménagé des boxes dans le hall par exemple, permettant ainsi aux élèves de s’isoler pour échanger.

Collège Maurice Genevoix - Montrouge (92)
Collège Maurice Genevoix - Montrouge (92)

Des collèges de l’académie ont également engagé une réflexion sur la permanence, en proposant des espaces de travail différents en fonction des besoins (travail individuel, en binômes ou en petits groupes).

Collège Maurice Ravel - Montfort l’Amaury (78)

Si les aménagements varient quelque peu d’un établissement à un autre, ils participent tous d’une démarche dont les enjeux sont forts  : responsabilité, solidarité, écoute, respect de l’autre, valorisation. Autant de valeurs qui permettent à l’élève de se construire en tant qu’apprenant mais aussi en tant qu’individu citoyen.

[1Sylvain Connac, Pédagogue - Enseignant-chercheur au LIRDEF - Maître de conférences en Sciences de l’Education à l’UPV Montpellier,voir son intervention sur le tutorat entre élèves dans le cadre des Jeudis de la recherche

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)