13 mars, par Déborah Ades

Enseigner au XXIème siècle

De la didactique des usages numériques

Interview de M. Stéphane Brunel

e-éducation Robotique, Objets connectés National


Stéphane Brunel est maître de conférences des universités à l’Université de Bordeaux. Il est membre du laboratoire IMS - UMR 5218 - CNRS [1]. Il enseigne les sciences expérimentales, la culture technique et technologique. Son champ de recherche est plus particulièrement axé sur la création des connaissances dans les processus industriels. Il y intègre les problématiques liées aux usages numériques et son corollaire l’ingénierie de la connaissance.
Il montre par plusieurs réflexions qu’un va-et-vient est possible entre apprentissage en milieu industriel et milieu scolaire. Il est aussi vice-président de la Fédération Française de Robotique en charge des juniors et vice-président de la Ligue de l’enseignement. Il a obtenu un doctorat de l’Université de Bordeaux 1 dans le département des Sciences physiques et de l’ingénieur en 2008. Sa thèse porte sur l’ingénierie des connaissances en conception de produits et est l’auteur de nombreux articles sur l’utilisation du numérique dans les apprentissages.

Dans son ouvrage, De la didactique des usages numériques - Éditions Universitaires Européennes, Juin 2014, Stéphane Brunel et son équipe offrent un tour d’horizon éclairé des usages du numérique pour enseigner et apprendre.

Il a accepté de répondre à nos questions pour mieux comprendre en quoi l’introduction du numérique invite à considérer différemment le métier d’enseignant pour accompagner chaque élève.


1° Dans votre ouvrage, vous suggérez que la didactique du numérique constitue un nouveau champ que la recherche doit interroger. Pourtant, aucune recherche ne démontre la plus-value du numérique sur les élèves. Quels constats vous laissent à penser que cela apporterait une piste pour former les citoyens de demain ?

Question 1

2° Face à ces évolutions de société et de contexte scolaire, en quoi le numérique permettrait-il d’améliorer les situations d’apprentissage dans les classes ?

Question 2

3° Pourtant aujourd’hui, le taux d’équipement des établissements est plutôt en progrès. Les EdTechs développent de plus en plus d’applications... Comment expliquez-vous que nous n’ayons pas assisté à une révolution de l’enseignement avec le numérique ?

Question 3

4° L’utilisation du numérique dans une discipline ne relève-t-elle pas plutôt de la didactique de cette discipline ?

Question 4

5° Dans votre ouvrage, vous insistez sur l’apprentissage en vous appuyant sur le modèle de Giordan. Puis, vous insistez sur la guidance comme levier pour aider les élèves à se concentrer et à s’engager… Pourriez-vous expliciter le lien que vous faites ?

Modèle allostérique de l’apprentissage de Giordan" in Brunel (2014), De la didactique des usages numériques, éditions universitaires européennes, p. 40
Question 5

6° Vous distinguez aussi interaction et interactivité …. Pourriez-vous revenir sur ces deux notions ?

Question 6

7° Qu’entendez-vous par « environnement numérique d’apprentissage » ?

Question 7

8° Quels sont les enjeux du numérique pour les futurs citoyens que nous formons ?

Question 8

9° Vous parlez aussi de « Triple instrumentation » pour décrire la façon dont nous entrons dans ces démarches ; pourriez-vous expliquer ce que vous entendez par là ?

Question 9

10° En effet, votre approche du numérique éducatif est en partie centrée sur la robotique, et fait écho à cette dernière dimension. En quoi un projet comme la Robocup Junior peut-il contribuer à développer de nouvelles compétences chez nos élèves ?

Question 10

11° Pour conclure, quelles seraient, selon vous, les compétences que le professeur de demain doit développer ?

Question 11

Retranscription intégrale :

De la didactique des usages numériques - Enseigner au XXIème siècle
Interview de Stéphane Brunel

Pour aller plus loin :

[1Le laboratoire de l’Intégration du Matériau au Système (IMS, CNRS UMR5218) a été créé le 1er janvier 2007, par la fusion de trois unités de recherche bordelaises, (IXL, PIOM, LAPS) avec une stratégie scientifique commune de développement principalement centrée dans le domaine des Sciences et de l’Ingénierie des Systèmes, à la convergence des Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication (STIC), et des Sciences pour l’Ingénieur (SPI). Le laboratoire est rattaché à trois tutelles, le CNRS, l’Université de Bordeaux et Bordeaux Aquitaine INP. Au CNRS, l’UMR5218 est rattachée en principal à l’Institut des Sciences de l’Ingénierie et des Systèmes (INSIS) et en secondaire à l’Institut des Sciences de l’Information et de leurs Interactions (INS2I).

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)