10 décembre 2018, par Déborah Ades

Rendre l’élève acteur avec la e-éducation

Proposer des dispositifs immersifs avec et pour la e-éducation

Identifier les plus-values de l’immersion pour enseigner et apprendre

e-éducation e-formation Cycle 1 Cycle 2 Cycle 3 Cycle 4 Lycée


Le parcours immersif « Enseigner et apprendre avec le numérique » a été élaboré pour informer et former des professionnels de l’éducation issus de milieux très variés. Quel que soit le visiteur, son statut, son expérience, sa discipline ou encore son cœur d’activité, le parcours offre un espace propice à créer de la réflexion autour des usages pédagogiques et didactiques du numérique. Pour tester ce dispositif, quoi de mieux qu’une ambiance de salon professionnel où les sollicitations sont multiples, le bruit important et le temps souvent limité.
Dans ces conditions, comment susciter la réflexion autour d’un sujet comme la e-éducation ?

En s’appuyant sur la notion d’apprenance, conjuguée avec l’expérience en ingénierie cognitive accumulée par les acteurs de la e-éducation et de la e-formation dans l’académie de Versailles, le parcours immersif a été pensé comme le premier temps d’un nouveau dispositif de formation. C’est en quelque sorte un nouvel environnement propice aux apprentissages, où chaque personne est invitée à s’engager.

Charline Avenel, Rectrice de l’académie découvre le parcours

I/ Un dispositif favorable à l’apprenance [1]

Le concept d’apprenance part du constat que les mutations du travail, la mondialisation, les transformations culturelles et le numérique modifient notre rapport au savoir. Ce faisant, il est essentiel de replacer l’apprenant au centre de la conception de tout acte de formation, quel que soit le public.

Le point de départ consiste alors à identifier les facteurs favorables à l’action d’apprendre pour s’appuyer sur l’expérience de chacun.

Chaque individu percevant, pensant, agissant, n’existe qu’en tant qu’il est amené à faire en fonction de sa situation dans le monde social [2]

Analyser les besoins, les envies et les attentes des différents publics marque le point de départ de la conception. Les ressources parcourent ainsi toutes les étapes du parcours scolaire d’un élève, du 1er degré au secondaire et abordent à la fois la dimension pédagogique et les éléments inhérents aux formations réalisées pour les professionnels.

Pour permettre au visiteur de devenir acteur, il devient nécessaire de mobiliser toutes les intelligences pour mettre la pensée en action. Le parcours sollicite la vue, l’ouïe, le toucher. Composé d’affiches à scanner avec une tablette, on accède à des vidéos dont la bande son est travaillée pour favoriser l’immersion. Une alternance de ressources à consulter et d’activités à manipuler, seul ou à plusieurs, permettent de générer différentes sensations, propices à maintenir l’attention. Le tout est réalisé sous l’œil vigilant des formateurs que l’on peut interroger à souhait.

Au fond, ce dispositif vise à mobiliser la motivation intrinsèque selon les logiques identifiées par A. Lieury et F. Fenouillet [3]. L’apprenant peut consolider son sentiment d’efficacité personnelle, car ce qu’il voit, bien que nouveau, s’appuie sur des éléments de sa propre expérience. Autonome, il peut se tromper et accéder à une auto correction qui ne le juge pas, mais l’invite à s’interroger. La personne évolue sans contrainte de temps, seul son désir d’en découvrir plus justifie qu’il passe du temps dans le parcours. La curiosité est ainsi le premier moteur qui permet à chacun d’évoluer à son rythme. La seule récompense étant la satisfaction personnelle d’avoir vécu une expérience enrichissante.

La délégation rectorale découvre l’atelier scénarisation

II/ Une mise en acte des travaux issus des sciences cognitives

Le parcours immersif est une proposition qui met en jeu un certain nombre de gestes professionnels que le numérique contribue à introduire dans le quotidien de l’enseignement et de la formation.

L’analyse des besoins, pour susciter l’engagement et l’attention marque la première étape d’une démarche de scénarisation pédagogique rigoureuse. En réalisant des parcours sur des plateformes interactives telles que M@gistère ou Éléa, on développe progressivement cette capacité à croiser les savoirs avec les processus cognitifs en tenant compte du potentiel offert par les outils techniques. C’est dans l’agencement et la mise en scène des différents éléments que le parcours prend son sens. Il s’agit de faire progresser différents publics au sein d’une réflexion qui résonne en chacun.

De même, le parcours donne à voir une utilisation de l’hybride en un même espace. En alternant des ressources numériques et des ressources physiques, le parcours est dynamisé par un lien fort entre l’espace réel et le virtuel. Les ressources présentées sont accessibles en ligne ce qui permet d’y revenir plus tard. Dans certaines salles, elles sont présentées dès le début sur le modèle de pédagogie dite de la « classe inversée », tandis qu’ailleurs, il s’agit de présentations à posteriori, comme pour rendre compte d’un projet. Le dispositif est varié de façon à éviter la monotonie. Le numérique permet ainsi de donner de la profondeur au parcours dans l’espace d’abord, dans le temps aussi.

Face à un tel dispositif, on peut s’interroger sur le regard que le formateur ou l’enseignant peut porter aux apprenants. Quel est le rôle du formateur dans un dispositif laissant autant de place à l’autonomie ? Dans une posture de lâcher-prise [4], le formateur est invité à observer les apprenants et à répondre aux besoins éventuels ou à solutionner les difficultés techniques inattendues. C’est là encore que le numérique donne à voir sa plus-value puisqu’il est possible de garder trace de ce qui a été vu. Le parcours étant conçu avec des phases de mise en action, il devient possible d’apprécier la façon dont les visiteurs se forgent leurs propres représentations du thème. Enfin, dans l’objectif d’en faire le préambule à un dispositif de formation, un questionnaire d’auto-positionnement est proposé à la fin du parcours. Il permet au visiteur de mesurer son niveau d’acquisition et au formateur de faire une sorte de bilan pour conseiller une démarche d’approfondissement adaptée et personnalisée.

Découvrir des parcours de la Éléathèque
La spirale de la e-éducation sur un tableau interactif

III/ La première phase d’un dispositif de formation ?

En effet, la plus-value d’un dispositif permettant à chaque acteur de s’engager de façon autonome permet de mesurer l’écart entre le « potentiel d’apprentissage » [5] offert par la formation et « l’agentivité des apprenants » [6].

Qu’ont fait les apprenants ? Pourquoi ? Quels aspects du sujet pourraient-ils leur échapper ? Cette expérience commune permet d’envisager une formation personnalisée et adaptée au besoin de chacun. Par ailleurs, l’écart ainsi mesuré renseigne sur l’efficacité du parcours en lui-même, qui peut ensuite être amélioré dans une démarche de qualité. La différence entre ce qui est mis à disposition et ce que les visiteurs autonomes développent, permet de générer de nouvelles connaissances qui servent dès lors à faire progresser l’environnement autant que les apprenants. C’est le concept d’ingénition [7] développé par Stéphane Brunel dans le cadre de ses recherches sur la didactique du numérique.

Cette démarche de parcours immersif rend compte du bénéfice qu’il y a à repenser les cadres pour moduler l’accompagnement dans le temps et l’espace. Pour reprendre Avanzini « L’innovation peut n’être fondamentalement nouvelle. Il suffit qu’elle le soit pour les personnes engagées et pour l’ensemble considéré » [8]. Ce dispositif n’est en rien une solution miracle, ce n’est qu’une proposition qui invite à repenser le temps et l’espace pour rendre l’apprenant, selon ses besoins et son degré de maturité, autonome dans ses apprentissages. Mais dans cette façon de rendre l’apprenant acteur et de repenser le temps et l’espace, les configurations sont multiples. Au cœur de ce dispositif, réside l’idée pour le formateur de lâcher prise et de porter son attention non à enseigner, mais à observer comment l’on apprend pour mieux consolider ensuite.

À l’heure où la réalité virtuelle se diffuse et où les outils d’immersion sont de plus en plus sophistiqués, ce parcours immersif rappelle que l’usage doit pré exister à l’outil. Ce parcours immersif est une proposition pour permettre à des adultes, mais pourquoi pas à des élèves d’apprendre. Elle s’appuie et s’enrichit de l’offre technologique actuelle. Mais la place du formateur reste centrale par sa capacité à penser, animer, accompagner et évaluer. C’est la confiance mutuelle entre l’apprenant et le formateur qui donne à ce parcours sa dimension immersive.

Notre livre d’or

L’immersion pour être réelle suppose la présence humaine afin que, de la connaissance, émerge la réflexion, un peu comme le plongeur qui, dans sa descente vers le grand bleu, a besoin du regard vigilant de son staff.

[1L’auteur définit l’apprenance comme « une attitude ou un ensemble de dispositions favorables à l’acte d’apprendre sous toutes ses formes ». L’apprenant se doit d’être au cœur des démarches à mettre en œuvre.
Carré Ph. (2016) « L’apprenance, des dispositions aux situations » in Éducation permanente, Documentation Française

[2Carré Ph. (2016) « L’apprenance, des dispositions aux situations » in Éducation permanente, Documentation Française

[3Lieury A. et Fenouillet F. (2016), Motivation et réussite scolaire, Dunod.

[4Ifé, "Les postures enseignantes, en ligne

[5Mayen P. "Apprendre sur le lieu de travail ?" in Chaire Unesco, ( 2015). Former les enseignants au XXIème siècle : former les enseignants dans les établissements scolaires : vers une nouvelle aire de professionnalisation, colloque

[6Jézégou A. , (2014°. "L’agentivité humaine : un moteur essentiel pour l’élaboration d’un environnement personnel d’apprentissage". in Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation et la Formation (STICEF), n°21

[7Brunel S. (2014) De la didactique des usages numériques. Éditions universitaires européennes.

[8Avanzini, G. (1999). "Innovation et formation" in Recherche et formation, innovation et formation des enseignants N°31

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)