14 décembre 2018, par Déborah Ades

Repenser les temps d’apprentissage

Mettre en cohérence les temps d’apprentissage dans et hors la classe avec la e-éducation

Épisode 4

e-éducation Région - Académie


Dans ses recherches sur le travail personnel de l’élève Patrick Rayou [1] a mis en évidence la discontinuité des temps particulièrement importante dans notre système éducatif. Le temps de l’élève est segmenté entre son établissement et son univers personnel, entre les temps de classe et les temps de vie scolaire ainsi qu’entre les différentes disciplines enseignées. Il revient à l’élève de donner de la cohérence à l’ensemble, ce qui tend à renforcer les inégalités.

Comment les dynamiques de travail en équipes éducatives autour du numérique peuvent-elles contribuer à la continuité des temps d’apprentissages de l’élève ?

L’hybridation des temps d’apprentissage que permet le numérique offre de nouvelles pistes afin d’instaurer une continuité entre ces temps. Mais le numérique n’agit pas seul, et il faut pour cela que les pratiques soient pensées. Le travail en équipe pluridisciplinaire, mais aussi pluricatégorielle dans le cadre de la e-éducation devient à la fois plus indispensable et plus simple. Assurer une meilleure cohérence dans le discours des différentes personnes amenées à accompagner l’élève est aussi facilité.
Poursuivant l’objectif d’enseigner et d’apprendre avec le numérique pour faire progresser chaque élève, le projet de e-éducation explore ces pistes, à l’échelle de l’académie de Versailles.

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples où des équipes éducatives partagent et collaborent pour renforcer la continuité des temps d’apprentissages.

Co-construire pour mettre en cohérence les contenus

Afin d’expérimenter la e-éducation, les Groupes d’Expérimentation Pédagogiques de l’académie de Versailles [2] ont été invités à produire des parcours sur la plateforme Éléa. Ces parcours disponibles sur la Éléathèque poursuivent trois objectifs :
- constituer des ressources que chaque enseignant peut s’approprier et adapter selon ses propres besoins ;
- fournir des exemples pour donner des idées aux créateurs de parcours ;
- permettre à des enseignants de la même discipline ou de disciplines différentes de co-construire des parcours en présence et à distance.

Nourri par l’esprit de partage très présent dans la sphère numérique, le projet e-éducation s’appuie sur la mobilisation des intelligences collectives, convaincu que la collaboration, la coopération et même la mutualisation de ressources sont une réelle plus-value pour les élèves comme pour les adultes. En dehors même du cadre de la Éléathèque, la plateforme Éléa permet de co-écrire très facilement des parcours et de les partager en un clic de souris.

Des parcours interdisciplinaires pour gagner en cohérence dans les apprentissages

"La vue en couleurs", SVT, physique-chimie, lycée.
"Stop child labour", géographie, EMC, anglais, cycle 4.
parcours SVT- Physique Chimie

Co-éduquer et co-enseigner en équipe éducative

Dès lors, il est rapidement apparu que la possibilité de faire faire aux élèves des parcours interactifs représentaient aussi un atout pour consolider certains champs éducatifs parfois en marge de la scolarité. L’éducation à la santé, la formation de la personne et du citoyen, l’apprentissage de l’autonomie sont autant de thématiques transversales qui trouvent peu de visibilité auprès des élèves et de leurs familles.

Des groupes se sont donc constitués afin de tester différentes stratégies :
- concevoir des parcours exploitables en classe par les enseignants mais conçus par des spécialistes ;
- co-construire des parcours pour faciliter le passage d’un cycle à l’autre, du primaire au secondaire, du collège au lycée ;
- co-enseigner des parcours pour mieux accompagner les élèves dans leur progression.

À l’initiative de chefs d’établissements et d’équipes investis, de nouvelles dynamiques sont instaurées. Au collège de la Mauldre (bassin des Mureaux, 78), l’ensemble de la communauté éducative travaille à produire un parcours pour rendre l’appropriation du réglement intérieur interactive. Au sein de territoires de proximité, des équipes se forment et, par le biais d’échanges sur la plateforme Éléa, ils tissent des liens comme c’est le cas dans le bassin de Saint-Germain-en-Laye (78). Au carrefour du projet de territoires apprenants et d’expérimentation de la e-éducation, le numérique est utilisé pour renforcer, innover ou encore fédérer des équipes.

Des parcours réalisés par le groupe « Handicap et Numérique » du 78

"L’aventure intérieure", cycle 3 pour apprendre à gérer et exprimer ses émotions.
"Agir pour les autres", cycle 3 sur les gestes qui sauvent.

Co-accompagner pour assurer la continuité du contrat didactique

Cette mise en synergie des acteurs offre un bilan très positif sur la façon dont le numérique peut participer à restaurer de la continuité dans les temps d’apprentissage de l’élève. Néanmoins, ce n’est pas le numérique en soi qui permet cela. Il s’agit bien de penser ces usages autant que de les présenter à l’ensemble des personnes qui interviennent auprès des élèves, sans oublier les élèves eux-mêmes. Car la dispersion des contenus d’apprentissage mis à disposition des élèves sur plusieurs supports engendre de nouvelles discontinuités.

C’est là l’un des enjeux de la e-éducation que d’identifier les stratégies efficaces. Les groupes de travail et espaces collaboratifs des Environnements Numériques de Travail offrent un cadre optimal comme le montrent les exemples ci-dessous. Dans le cadre d’un enseignement plus précis, par discipline ou par thème, la plateforme Éléa propose aussi un support pertinent. L’élève peut trouver en un seul et même parcours, fléché et guidé, les ressources et les activités qui lui sont proposées.

De même, il apparait indispensable d’informer et d’accompagner les familles. En effet, les parents n’ont pas accès aux parcours sur la plateforme Éléa, mais ils peuvent soutenir leur enfant lorsque celui-ci réalise des tâches à distance. Bien informés, les accompagnants extérieurs disposent d’un support qui donne à voir de façon explicite le contrat didactique passé entre l’enseignant et son élève. Il est alors plus facile de consolider les apports, d’ajuster les consignes et de mettre en cohérence les discours.

Deux exemples de pratiques inter-établissement avec les ENT

Pour conclure :

La e-éducation offre la possibilité d’instaurer une continuité des temps d’apprentissages disciplinaires et transversaux. Il s’agit là de penser collectivement les stratégies numériques mises au service de l’élève. De l’information au co-enseignement, les enseignants disposent de nouveaux leviers pour enseigner et apprendre avec le numérique dans un climat d’intelligence collective.

Pour en savoir plus :

- La e-éducation, un incubateur de travail en équipe
- Faire réussir chaque élève avec la e-éducation

- André Tricot (2017), "Sous quelles conditions le numérique améliore-t-il les apprentissages scolaires ?", séminaire académique "Apprendre à l’ère du numérique", cycle de conférences de la Dane de Versailles.
- Rémi Thibert, "Représentations et enjeux du travail personnel de l’élève", dossier de veille de l’Ifé, n°111, juin 2016.

[1Rayou Patrick (2009), Faire ses devoirs : Enjeux cognitifs et sociaux d’une pratique ordinaire, Rennes :
Presses universitaires de Rennes

[2Les Groupes d’Expérimentations Pédagogiques (GEP) et les IAN associés dans l’académie de Versailles,http://www.dane.ac-versailles.fr/la-dane/qu-est-ce-que-la-dane/les-gep

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)