13 octobre, par Ghislaine Mezin

États généraux du numérique territorialisés

Un numérique responsable et souverain - Table ronde n°3

Centrale Supélec (Saclay) - 06 octobre 2020

Région - Académie


Le premiers jours du confinement : un temps de sidération psychologique et technologique

L’annonce du confinement avec sa limitation des libertés et la fermeture des entreprises et des établissements scolaires a sidéré la population contraignant la mise en place d’une continuité pédagogique mais également administrative.
Pour maintenir coûte que coûte le lien avec les élèves et poursuivre les apprentissages, les enseignants ont été extrêmement réactifs. Mais, dans un contexte inédit et face aux nombreuses difficultés techniques rencontrées les premiers jours, ils se sont tournés vers d’autres outils et services sans être pour autant en conformité avec le règlement général sur la protection des données (RGPD).

Un besoin d’accompagnement

Pour répondre aux difficultés, l’ensemble des partenaires (état, région, collectivités, EdTech, entreprises privées) s’est très rapidement mobilisé pour rétablir les services, en proposer de nouveaux et répondre aux différents besoins. De plus, des documents ont été produits pour guider les enseignants dans le choix des outils et services dans le respect du RGPD. Comme le rappelle, Fabrice Mollo, délégué à la protection des données pour l’académie, « le cadre législatif bouge tout le temps... au rythme des jurisprudences ». Il est difficile de s’y retrouver : difficile pour les enseignants d’analyser chaque solution qu’ils souhaitent utiliser en classe, ce qui ne relève d’ailleurs pas de leur compétence. C’est pourquoi, Fabrice Mollo milite pour une discussion directe avec les éditeurs pour faire émerger des solutions profitables à tous et améliorer la lisibilité.
La question de l’accompagnement se pose également cruellement du côté des parents d’élèves. Mais « À qui incombe la formation des parents ? »

L’hébergement et le traitement des données

Bernard OURGHANLIAN, Directeur Technique et Sécurité, Microsoft France, est le premier à aborder la question des données et de leur traitement. Il précise que Microsoft ne monétise pas les données de ses clients et que l’ensemble des contrats respectent le RGPD avec également une clause de réversibilité permettant de récupérer ses données.

Les logiciels libres

En absence d’intérêts commerciaux, les logiciels libres pourraient sembler être une solution pour respecter le RGPD. Toutefois, Fabrice Mollo rappelle que, comme toute autre service numérique, il convient de vérifier les conditions générales d’utilisation (CGU) ainsi que la politique de confidentialité concernant le traitement des données. Et l’arrêté de la cour de justice européenne du 16 juillet 2020 complexifie encore les choses en interdisant le transfert des données hors union européenne.


L’Environnement Numérique de Travail (ENT) : une porte d’accès unique aux services pour faciliter et sécuriser les usages

Lorsqu’il existe, l’ENT s’est révélé un outil très intéressant pour assurer la continuité en centralisant différents services et en donnant accès à toutes les informations via une identification unique, mais aussi en offrant un cadre de confiance. En effet, le schéma directeur des ENT demande d’offrir une trentaine de services différents dans un cadre réglementaire. Il a été massivement utilisé tout d’abord en capitalisant sur des pratiques préalables au confinement mais ensuite en explorant d’autres potentialités de l’ENT.

Bien implanté dans le second degré, l’ENT reste encore très peu présent dans le premier degré où il a fait cruellement défaut pour la continuité pédagogique. Son déploiement relève de la compétence des communes. Or dans la grande majorité des cas, les communes ne gèrent que une ou deux écoles. Le recours à un syndicat mixte en capacité de porter ce type de projet de service numérique auprès des collectivités se révèle une solution pour le déploiement de l’ENT, comme c’est le cas dans le Val d’Oise avec la solution Beynelu.
Le confinement a mis en exergue l’absence de projet ENT généralisé dans le primaire. Un gros manquement !

Il faut sortir du tout ENT !
Benjamin Viau, Co-fondateur de Beneylu, et Président de EdTech France

Benjamin Viau, Co-fondateur de Beneylu, et Président de EdTech France, précise que l’ENT, ne doit bloquer l’innovation. Des solutions très performantes existent déjà et tenter de développer des outils similaires pour répondre au cahier des charges des ENT n’est pas la solution car nous ne sommes pas en mesure de rivaliser avec les « pure player », c’est-à-dire des entreprises exerçant dans un secteur d’activité unique. Il faut donc trouver un équilibre entre liberté et sécurité.

La vidéo de la table ronde

Les intervenants

  • Estelle GUETTE, Proviseure adjointe du lycée Bascan à Rambouillet (78)
  • Florence SYLVESTRE, Responsable de l’Environnement Numérique des Collèges au département des Hauts-de-Seine
  • Laurent LE PRIEUR, Sous-directeur du Socle Numérique à la Direction du numérique pour l’éducation
  • Fabrice MOLLO, Délégué à la protection des données pour l’académie de Versailles
  • Benjamin VIAUD, Co-fondateur de Beneylu, Président de EdTech France
  • Bernard OURGHANLIAN, Directeur Technique et Sécurité, Microsoft France

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)

academie

Bonjour et bienvenue
sur le site de la DANE

Retrouvez toute l’actualité fraiche sur :

Qu’est ce que la DANE ?

La délégation académique au numérique éducatif (DANE) est un service du rectorat chargé de proposer, auprès du recteur, une stratégie académique déclinant les orientations nationales de développement et de formation aux usages du numérique, d’animer la mise en oeuvre de cette feuille de route numérique et d’en évaluer les résultats.

En savoir plus

0 | 1 | Tout afficher

Aide