18 mars, par Malika Alouani

Classe à 12

Un réseau social de partage de pratiques avec la vidéo

Pour les classes de CP et CE1 en REP

Cycle 2 Région - Académie


Classe à 12 : Enseigner dans une classe à effectif réduit

Pour répondre à cette problématique, le ministère de l’éducation nationale a développé un site de partage de vidéos pour permettre aux enseignants d’échanger leurs pratiques.

Un double objectif affiché

  • répondre au besoin exprimé par des professeurs ;
  • accompagner les enseignants de REP et REP + pour leur permettre d’oser expérimenter de nouvelles modalités pédagogiques que suggère l’enseignement dans une classe à effectif réduit.

Une démarche originale

Le ministère a initié dans le cadre du laboratoire d’innovation @Lab110bis une consultation directe pour permettre l’expression des besoins des professeurs.
Parmi les problématiques identifiées :
« se former entre pairs »
« pouvoir visiter des classes de collègues »
« aménager autrement la classe »
« enseigner à deux dans une même classe »
l’expression forte de ces verbatims est de pouvoir échanger, mutualiser des expériences entre pairs sans y consacrer trop de temps.
Après 6 mois de consultation, une première version en ligne du site « Classe à 12 » voit le jour en septembre, puis une seconde en novembre avec pour seule communication un compte twitter et quelques actions sur le terrain. Pourtant, on observe une attractivité croissante et les statistiques de consultation augmentent constamment.
Le site permet aujourd’hui :

  • de déposer et consulter de courtes vidéos de 2 minutes produites par des professeurs pour des professeurs,
  • de les enrichir par des liens, de les partager vers d’autres réseaux ,
  • d’ajouter des fonctionnalités de commentaires,
  • d’échanges via la création d’un compte et le dépôt de documents.

Livré non achevé, le site s’enrichit des feedback utilisateurs. Cette initiative originale caractérise même la nature du produit. Il s’agit d’adapter le service aux habitudes des professeurs, à leur manière d’utiliser le numérique et de préparer la classe pour respecter leurs contraintes et ainsi de répondre à leurs besoins.

Un essaimage progressif : Versailles se lance dans le projet

Le 15 janvier au Lab110 bis, 48 acteurs du premier degré de l’académie représentants des 4 départements (professeurs, directeurs, coordonnateurs REP, conseillers pédagogiques, inspecteurs) se sont réunis pour comprendre le projet et identifier des stratégies de mise en œuvre sur le terrain : une journée de co-construction en corrélation avec l’éthique du produit (bienveillance, horizontalité, empathie et respect des pratiques de chacun).


Les réflexions ont été riches et les valeurs du projet ont été exprimées dans plusieurs groupes :
Le site @lesclassesà12, c’est :
• un point d’ancrage pour donner envie d’aller plus loin ;
• un partage d’idées et de pratiques ;
• un réseau de communication ;
• un déclencheur ;
• une rupture avec l’isolement du prof ;
• le reflet de la réalité du terrain ;
• une aide à la co-analyse de séances ;
• un projet motivant ;
• une possibilité de questionner sa pratique ;
• une source d’idées dans différents domaines ;
• un outil idéal pour les jeunes enseignants mais pas que ;
• un outil simple, rapide et pratique à utiliser ;
• un moyen de changer de pratique en équipe ;
• une manière de partager et de créer de nouveaux contacts….

Parmi les trois ateliers qui ont composé la journée, le dernier a permis de se lancer en groupe dans la production de vidéos de pratiques pédagogiques ou de vidéo de valorisation du site.

Questions éthiques

Proposer un site d’échange de pratiques sans validation par la hiérarchie, questionne, étonne et parfois inquiète :

Si les pratiques ne sont pas correctes..
Si les enseignants les adaptent mal ….

Ces paroles recueillies sont à replacer dans le contexte et constitue l’esprit même d’un réseau social. Le ministère propose l’outil et offre un cadre libre d’échange ; Il ne se positionne pas en validateur de contenus. Il en contrôle les publications certes par l’intermédiaire d’un filtre, mais les pratiques efficaces, ce sont les professeurs entre eux avec l’aide des formateurs qui vont les identifier.
Chaque professeur est expert d’un usage, d’une activité, d’une pratique qu’il a mis en œuvre et dont il a observé les résultats. Il est ainsi en mesure de le dire et de partager son expérience à d’autres pour enrichir sa première version et recevoir des commentaires de ses pairs.
Telle est l’impulsion souhaitée par le projet. Se parler, ouvrir sa classe, collaborer afin d’identifier collectivement de nouvelles pistes et ainsi agir sur le développement professionnel de chacun.
L’impact d’une vidéo qui décrit simplement, sans montage, le réel de la classe, c’est un levier pour respecter la zone proximale de développement de chaque professeur sans décourager.
La devise du projet « Parce que nous avons plus que des vidéos à partager ! » prend ici tout son sens. "Classe à 12" est disruptif dans les effets, les messages qu’il renvoie aux professeurs afin de les engager à se saisir de l’intelligence collective comme levier de développement professionnel et de se sentir acteur et producteur dans l’institution.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)